Aller au contenu

menu

Le temps de la stabilisation

P1080711 copie

12/11/2021

Vue de l’intérieur de l’ASBL – Ce qui traverse l’équipage

Après un agrandissement rapide de l’équipe, de nombreux projets lancés, beaucoup d’ambitions, souvent peu de moyens financiers pour les réaliser, mais beaucoup d’énergie investie, nous avons récemment acté le besoin d’entamer une période de stabilisation.

Dans le cadre de notre gouvernance horizontale, cette décision a été prise étape par étape. En quelques réunions, d’émergence en convergence, nous nous sommes rejoint·e·s sur l’idée de ralentir un moment et de faire moins, mais encore mieux ! Comment cela peut-il se traduire ? Prioriser, re-considérer, échanger des missions ou des tâches en interne, repousser la prise d’un nouveau bâtiment. Cela va nous permettre de solidifier la structure, nos lieux en développement, notre gouvernance et d’adapter le projet aux besoins individuels et collectifs du groupe.

Cet élan s’est cristallisé lors de notre dernière mise-au-vert. Avec cette idée de stabilisation en trame de fond, nous y avons enchaîné les activités pour redéfinir notre cadre collectif de travail. En discutant des thématiques salaire, temps de travail, culture du travail et bien-être, ce temps collectif avait comme objectif de créer de nouveaux contours à notre cadre, de sorte à ce qu’il s’adapte aux réalités actuelles de l’équipe. Combien d’heures, combien de jours souhaitons-nous travailler par semaine ? Comment répartir entre nous la charge de travail ? Comment éviter la surcharge ? Quel serait le salaire idéal pour bien vivre aujourd’hui et demain ? Équité ou égalité salariale ? D’après quels critères ? De nombreux débats nous ont animé, dont les fruits sont encore à récolter durant de prochains temps de travail collectifs.

Nous savons que ces réflexions traversent beaucoup de collectifs et structures. Si vous croisez des personnes de l’équipage à l’un ou l’autre évènement, nous serons ravi·e·s de discuter de ces questions et de partager nos pratiques respectives !