Aller au contenu

menu

L’urbanisme transitoire,
c’est l’occupation temporaire de bâtiments vides, avec pour but d’avoir un impact sur la ville à long terme.

Contexte urbain

À Bruxelles, il y a plus de 6 millions de mètres-carrés vides, c'est l'équivalent de la surface au sol de la commune d'Ixelles ! À côté, des milliers de personnes sont à la recherche d’espaces décents et abordables pour se loger ou mettre en place des initiatives.
Pour creuser la question : 1 & 2.

Créer des lieux où émergent des synergies

Dans ces occupations temporaires, on initie des solutions d'hébergement (on parle d’habitat collectif et d’insertion par le logement) et on permet l'émergence de projets d’intérêt collectif (qu’ils soient sociaux, culturel ou d’économie sociale).
Faire cohabiter différents usages sous un même toit vise à faciliter la rencontre de personnes, la mutualisation de ressources et l'entreprise de projets communs.

Une économie éminemment circulaire

Communa crée du nouveau avec l'existant : on revalorise des bâtiments inutilisés, on les réhabilite avec des matériaux récupérés et on redécouvre un potentiel à l’architecture existante. Les périodes transitoires deviennent un levier pour repenser les processus d'aménagement traditionnel, pour dépasser les espaces standardisés et pour économiser des ressources.

Un urbanisme participatif

Les usages d’un lieu se construisent au fur et à mesure des rencontres avec les habitant.e.s et associations du quartier. Il s’agit d’identifier les enjeux auxquels l’occupation temporaire peut répondre et d’élaborer une programmation véritablement à l’écoute de son territoire. L’ambition est de permettre aux citoyen·ne·s de participer directement à la fabrique de leur ville.

Pour une résonnance à long terme

Les périodes transitoires ont pour vocation d’expérimenter des usages, d’évaluer leur portée et de les transposer dans les projets d'aménagements définitifs. Il s'agit de prolonger nos efforts au delà de la période temporaire : soit en influençant les projets futurs des bâtiments occupés, soit en devenant gestionnaires des espaces par l'acquisition collective.

Ampoule2

L’occupation temporaire, un moyen éphémère mais indispensable

Sous la forme d’une convention, l’occupation temporaire permet à un·e propriétaire de confier à autrui la gestion de son bien inutilisé. La pratique permet de répondre à des besoins urbains dans des délais dans lesquels les pouvoirs publics ne peuvent d'inscrire. Temporaires par essence, ces solutions doivent s’accompagner de changements structurels pour résoudre la crise du logement et les inégalités structurelles présentes dans nos villes.

Au centre de notre pratique : l’expérimentation, l'engagement, la frugalité et l'agilité.

Pour réaliser cette mission, Communa pratique différents métiers. L'ASBL coordonne des lieux transitoires, facilite la mise en place de projets portés par d’autres organisations et fédère des initiatives pour renforcer la pratique d'urbanisme transitoire.